Mot du Président

    fifi

 

Mot du Président 2019

Cher(e)s Ami(e)s,

           L’heure de l’exercice d’écriture sans retenu et sans protocole est arrivée. Non je ne suis pas une réapparition, ni un vieux clou assoiffé de reconnaissance qui s’accroche au fauteuil.

          Je vous avais annoncé l’an dernier mon choix de quitter la présidence de notre formidable organisation syndicale mais vous m’avez convaincu que ce choix était prématuré, que je devais être l’historique de notre idéologie mais aussi la mémoire de toute celles et ceux qui nous ont mis des bâtons dans les roues dans l’applications des règles législatives et qui voudraient se faire une nouvelle image.

         Je sais que quand le vert est dans la pomme, il n’est plus possible de le faire sortir. Le seul traitement est de retirer le fruit pour ne pas contaminer l’arbre entier.

         C’est pour cela que je suis a nouveau là pour mes 4 dernières années de travail mais avec une toute autre organisation ou les taches seront partagés.

         Je voulais en premier lieu remercier Damien d’avoir été le moteur de cette campagne électorale qui au détriment, et je sais ce que cela veut dire, d’une formidable famille à su avec les adhérant disponibles aller à la rencontre de tous parler du bilan, de nos revendications passés et de sa réussite à 100% mais aussi des projets pour le mandat à venir. Nous avions fait le constat que nous péchions par le manque de communication, Alexia est venue combler ce manque, sa jeunesse et son professionnalisme on su porter les fruits attendus. Elle continuera maintenant à vous informer par la parution du « Petit Autonome ».

        Tout ce travail a payé au vu des résultats qui viennent de tomber, notre progression est constante et le nombre de nos adhérant en pleine augmentation.

         L’état des lieux de la refonte de la filière des Sapeurs Pompiers est paru juste avant les élections professionnelles, je vous invite à le lire. Il est tout simplement fidèle à nos craintes, analyse à l’appui ce que nous dénoncions avant sa mise en place. L’opposition de statut orchestrée par des carrières diamétralement opposées, des rétrogradations de fonction à l’issue de la période transitoire….

         N’oubliez pas que 2 des organisations syndicales qui ont ratifiés cette mise à mort de nos carrières seront demain sur les bancs des instances dans notre Sdis. C’est aussi cela mon devoir de mémoire !!!

         Comme vous le savez surement, une maladie qui touche grand nombre d’entre nous est venu me faire un croche pied pendant l’été. Tout d’abord un genou à terre, j’ai décidé de me relever et de me battre pour nous tous, afin que le cancer soit reconnu comme maladie professionnel, ca sera mon combat afin que nous ne soyons pas les oublies d’un système. Reconnu de tous pour notre disponibilité auprès des populations, il en est tout autre dans la reconnaissance de cette affection dans les Sdis ou l’on nous oppose contrainte financière plutôt que prise en charge…

        Nous arrivons aussi à un tournant de l’organisation des secours en France, la parution de la directive Européenne reconnaissant en Belgique comme temps de travail les astreintes des SPV va modifier les lignes.

        Première réaction de nos plus hauts responsables fut de nous faire croire que la Belgique n’était pas en Europe ou plus sérieusement que la France pourrait échapper à cette décision. Ne nous y trompons pas certains SDIS à travers de leur conseil d’administration prennent déjà des mesures afin de détourner ou cadrer une autre façon de fonctionner. Certains font même appel à des emplois précaires, nous y voila, précariser la profession plutôt que de réfléchir à un autre mode d’organisation. Je suis utopiste…mais peut être pas tant que cela.

         Je vous confie un bout de ma vie.

         Mon grand père était le Directeur Départemental Adjoint de l’Aude dans les années il y a bien longtemps. Ils étaient 4 officiers à la Direction, une secrétaire qu’ils se partageaient avec le Préfet, utilisait son véhicule personnel pour ses missions administratives. Les équipes des véhicules d intervention étaient de 3 personnels et partaient plein à chaque départ. Maintenant, c ‘est tout l’inverse…Il y a sûrement une grande reforme à entreprendre, lâcher le fauteuil ce n’est pas évident, mais il faudra bien y venir car les secours en France ne seront plus assurés !!

         J’en termine pour cette année, je remercie tous ceux qui se sont investis dans le mandat précèdent, tous ceux qui l’ont fait dans la campagne électorale où seule notre organisation syndicale est venue à la rencontre de tous les agents, je remercie tous ceux qui vont participer aux instances, aux commissions et groupes de travail pour faire entendre notre idéologie ou seuls les lois décrets et circulaires font foi.

         Je serais intransigeant avec ceux qui se mettront en travers des règles et nous sanctionnerons sans délai !

         Je remercie Damien bien plus qu’un second, Gillou qui fait vivre notre site internet, Jean-Marc garant de notre équilibre financier, mais aussi Stéphane, Jean François, Yannick, Jérémie…enfin tous ceux qui œuvrent pour nous à la continuité de notre idéologie Autonome et libre dans les Centres de secours.

         Je vous présente tous mes meilleurs vœux de bonheur en cette fin d année, remercie vos familles et proches à qui vous volez un peu de temps pour porter nos idées, ce temps déjà beaucoup amputé par ces gardes de 24 heures qu’il faudra un jour abolir.

Je vous serre toutes et tous dans mes bras, la vie est un combat, mais trop belle de la vivre le plus longtemps possible.

 Fifi votre Président du SA SDIS 31.

 

N’oubliez pas notre site internet grâce auquel nous vous tenons informé…www.saspp-pats-31.fr